Premier essai

Au Japon, en 1994, Denso Wave, une société japonaise employée par Toyota, inventait le code QR. Ce n’est qu’en 2010, 16 ans plus tard, qu’on voit apparaître cette innovation technologique aux États-Unis (Unitag : en ligne). Mais, qu’est-ce que le code QR ? Il s’agit d’ « un code-barre en deux dimensions qui permet de crypter et de stocker un nombre d’informations bien plus important qu’un code barre classique (textes, SMS, liens vers des sites web, des images, des vidéos, etc.) » (Labo BnF : en ligne) et qui signifie « Quick Response Code » (Valat : en ligne). Le code QR constitue un véritable outil interactif en ce sens qu’il « accélère et incite l’usage des services Internet mobile » (Unitag : en ligne). Bien entendu, les gens qui souhaitent utiliser les codes QR doivent avoir en leur possession un téléphone intelligent et avoir téléchargé une application qui permet de lire le code-barre.

Communication publique et Code QR

Afin de comprendre le lien étroit qui unis le code QR et la communication publique. Je me permets de définir la communication publique. Le Département d’information et de communication de l’Université Laval la définie ainsi : « [elle] consiste en l’ensemble des phénomènes de production, de traitement, de diffusion et d’échange de l’information qui reflètent, créent et orientent les débats et les enjeux publics » (DIC, 2010, dans Bernier, 2011: en ligne). Le DIC ajoute que la communication publique peut aussi bien provenir des entreprises, des établissements et des groupes qui interviennent sur la place publique que des médias (2010 : en ligne). En soi, elle doit rendre compte des trois caractéristiques suivantes : la communication publique requiert un auditoire, des moyens de vaste diffusion ainsi qu’un espace public.

Les codes QR sont étroitement liés à la communication publique dans la mesure où ils participent grandement à la diffusion de l’information (Bernier, 2011 : en ligne). Ils requièrent un vaste auditoire en raison de leur objectif premier : être numérisés par le plus grand nombre de gens possible. Ils sont donc apposés stratégiquement sur différents outils communicationnels afin de permettre aux annonceurs de rejoindre leur cible efficacement. Les code-barres sont particulièrement présents dans les endroits publics ou encore sur des objets à grande distribution, par exemple sur des vêtements, des produits alimentaires, des affiches publicitaires, etc. La créativité média des codes QR ne cesse d’augmenter. Voyez dans la vidéo qui suit, un magasin à grande surface qui a réussi à augmenter ses ventes sur l’heure du lunch à l’aide d’un code QR.

Le blogueur, Tommy Bernier, explique que les codes QR permettent d’améliorer l’efficacité des campagnes publicitaires en dirigeant plus rapidement le public aux endroits souhaités (2011 : en ligne). Moins d’efforts pour nous et plus de visibilité pour eux. Tout le monde y gagne !

En somme, le codes QR n’auraient aucune importance s’ils ne faisaient pas partie intégrante de la communication publique. Sans auditoire, ni espace public, ni moyen de vaste diffusion, ils n’auraient aucune raison d’exister.

Utilisation des codes QR dans le domaine de la communication publique

Si je peux me permettre de vous fournir quelques statistiques sur les codes QR, une étude de TNS rapporte que 42 % des gens possédants un téléphone intelligent muni d’un service Internet ont scanné un code QR et que 33 % ont recommencé. Toujours dans la même étude, on constate que 42 % des codes concernaient des produits/services présents sur des publicités, que 16 % étaient présents dans un environnement culturel et 12 % dans un contexte de transport (Biffe, 2012 : en ligne).

En 2011, l’organisme Reporters sans Frontières présentait une campagne imprimée pour dénoncer les dictateurs de ce monde qui sont convaincus que seule leur opinion est importante et qu’ils doivent contrôler la totalité des médias. Dans leurs différentes publicités, l’organisation souhaitait faire entendre aux gens que la liberté de presse est indispensable et que les dictateurs n’ont pas le droit de faire tuer ou encore d’emprisonner les journalistes qui sont témoins de leur despotisme (Publicis Brussels, 2011 : en ligne). Dans le cours vidéo qui suit, vous aurez l’occasion de voir comment les codes QR ont été utilisés pour remplir ces objectifs. Leur insight : « faire dire la vérité à ceux qui ne la disent pas » (Bayard, 2012 : en ligne).

La campagne publicitaire portait sur un débat d’actualité dû aux nombreux conflits qui perduraient dans les pays arabes à ce moment-là. Grâce aux codes QR, elle a connu un franc succès, non seulement avec ses publicités imprimées, mais surtout avec sa vaste portée sur le web. Cette campagne a su informer un auditoire international sur la réalité que vivent les journalistes sans frontières.

Les codes QR et moi

Mon expérience personnelle avec les codes QR est plus ou moins concluante. En tant que future publicitaire, je trouve l’invention brillante. À mon humble avis, c’est l’utilisation inefficace des liens URL qui la rend moins intéressante. Bien souvent, le code est mal exploité, en ce sens qu’il n’amène rien de nouveau au support sur lequel il est apposé. Je me permets une petite anecdote. Il y a quelques semaines, j’entamais l’épluchure de ma banane quand je constatai un mini code QR sur son autocollant. Curieuse de voir ce qui se trouvait sur l’URL, je fus fort déçue quand l’application me dirigea sur la page Facebook de Dole, la compagnie de fruit d’où provenait ma banane. J’aurais préféré voir une vidéo de bananes dansantes plutôt que d’en arriver à cette déception. Bref, l’exploitation des codes QR peut encore faire preuve d’amélioration. Ce n’est pas tout d’apposer un code sur un produit ou une publicité, le lien doit être pertinent.

Avantages VS inconvénients

Les codes QR offrent certains avantages autant aux annonceurs qu’aux consommateurs. À la base, les codes QR sont gratuits. Il est même possible de personnaliser son code selon l’entreprise ou le message. Julien Valat, blogueur, rajoute que : « l’intérêt principal d’un code QR est de pouvoir l’utiliser pour mesure l’impact de votre publicité […] il sera éventuellement possible de savoir combien d’affiches ont été scannés, à quels endroits elles l’ont été, quel aura été l’impact sur un achat en ligne ou une adhésion par exemple » (Valat : en ligne). Les outils du web sont effectivement fort pratiques pour offrir des statistiques éloquentes sur les attitudes et les comportements des consommateurs.

Pour ce qui est des inconvénients, Valat en fait une bonne énumération. Il ne passe pas sous le silence le fait qu’il est nécessaire de posséder un téléphone intelligent pour être en mesure de numériser un code QR. Ceci étant dit, les annonceurs qui recourent aux codes QR se ferment à une foule de cibles potentielles. Le blogueur ajoute que l’action de numériser est parfois trop exigeante pour le consommateur et donc, une grande partie des gens ignorent les codes QR. Il est également important de mentionner que l’emplacement des codes peut parfois se présenter comme étant elle-même un inconvénient. Certains endroits tels les panneaux-réclames sur les autoroutes, les publicités télévisuelles, les lieux où la connexion internet est faible et où le téléphone cellulaire est interdit ne sont pas propices aux codes QR. Pourtant, certains annonceurs ont déjà fait une de ces erreurs, voyez les images ci-dessous. Le blogueur conclue en rapportant que : « même s’il est facile et peu coûteux de créer un code QR, son utilisation doit être amplement réfléchie » (Valat : en ligne).

Ici, l’angle du code QR le rend impossible à numériser.

Ici, le code QR est tellement hors de porté qu’il est difficile à cadrer, puis numériser.

Ici, le code QR est sur un écran de télévision. La résolution n’est pas assez bonne pour qu’il soit numérisé.

Ici, le code QR se retrouve derrière une barre de métal. Il est donc impossible à scanner.

Pour conclure, Yann-Yves Biffe explique qu’il existerait quatre types de campagne qui utilisent les codes QR : « les vidéos de démonstration et de branding ; les captures de données et le «list building» ; les liens vers les sites de e-commerce ; et enfin le partage sur les médias sociaux via des liens renvoyant sur Facebook et Twitter » (2012 : en ligne). L’auteur fait également mention des efforts qu’il reste à déployer pour améliorer « la ressource sur laquelle va atterrir l’internaute mobile sur un site fourre-tout qui déçoit l’internaute qui attend une réponse précise et contextualisée » (Biffe, 2012 : en ligne). Pour ma part, j’ajouterai que toute innovation technologique impliquant les internautes a nécessairement été, à un moment ou un autre, mal exploitée par les annonceurs et commerçants. Dès leur arrivée, les applications mobiles, par exemple, furent fortement populaires et une majorité des entreprises désirait posséder leur propre application pour être dans le vent. Toutefois… Dans quels buts et avec quels motifs? Peu aurait su répondre. Avec le temps, les applications ont pris tout leur sens. Elles permettent de s’organiser, se divertir et même de s’informer. À mon avis, les codes QR finiront fort probablement par être mieux exploité. En tous les cas, laissons la chance au coureur!

Sources :

Bayard. N.d. « Reporters sans Frontières utilisent un QR code pour faire parler les dictateurs ». ENSCI. En ligne. 20 janvier. http://www.ensci.com/blog/bayard/tag/qr-code/, consulté le 10 octobre 2012.

Bernier, Tommy. 2011. « Ce qu’est le Code QR ». Les technologies, un perpétuel changement. En ligne. 29 mai. http://tommybernier.wordpress.com/2011/05/29/mini-essai-1-les-codes-qr-l’art-de-diriger-ses-cibles/, consulté le 10 octobre 2012.

Biffe, Yann-Yves. 2012. « Ça va décoder grave ! ». Cap’com. En ligne. 15 mars. http://www.cap-com.org/actualite/2666-ca-va-decoder-grave.html, consulté le 10 octobre 2012.

Emart. N.d. Emart Sunny Sale Campaign – 3D Shadow QR Code. En ligne. http://www.youtube.com/watch?v=EvIJfUySmY0, consulté le 10 octobre 2012.

Labo BnF. N.d. QR Codes : Mode d’emploi. Fichier PDF, consulté le 10 octobre 2012.

Publicis Brussels. 2011. Reporters without borders – the talking print ad. En ligne. 28 octobre. http://www.youtube.com/watch?v=W9aIPzxXU7Y, consulté le 10 octobre 2012.

Unitag. N.d. QR Code, le moyen d’accès privilégié au Web Mobile. En ligne. http://www.unitag.fr/help/qrcode, consulté le 10 octobre 2012.

Valat, Julien. N.d. « Code QR : avantages et inconvénients ». Vitamin E. En ligne. http://vitamin-e.laclinique.biz/fr/blog/affaires-informatique/code-qr-avantages-et-inconvénients.html, consulté le 10 octobre 2012.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s